Benvengut sus lou forum de Countea de Nissa
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rien à signaler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 28 Déc - 17:55

Steph a écrit:


Quand a sa vie privée, il faut voir ça avec les manges merde de journaleux qui traquent nuits et jours pour avoir la photo qui fera recette... Faire de l'argent quitte a nuire à autrui, belle mentalité... On les attaque en procès ? Pas grave, les bénéfices couvrent plus que largement l'amende...
Je ne t'enléverai pas que Sarkozy est quand même bon client, et qu'il joue de son image et c'est peut-être en effet le revers de la médaille...

.

Sarkozy à Louxor, luxe et ors



Revue de web internationale sur les vacances de Nicolas Sarkozy en Egypte

Le «Old Winter Palace» de Louxor, où Nicolas Sarkozy passe ses vacances de Noël avec Carla Bruni, n'est pas n'importe quel hôtel. «Winston Churchill et Margaret Thatcher, Giscard d'Estaing et Jimmy Carter font partie des ceux qui y ont séjourné», indique le quotidien britannique «The Independent». C'est aussi ici que l'archéologue Howard Carter a annoncé avoir découvert rien de moins que la tombe de Toutankhamon. «Mais peu de ces illustres visiteurs ont attiré une telle caravane médiatique», souligne le journal. C'est que depuis qu'il s'est présenté en compagnie de sa nouvelle petite amie à Disneyland, «Sarkozy porte une pancarte "prends-moi en photo" autour du cou».

«La monarchie républicaine inventée par Charles de Gaulle - distante, discrète, solennelle, hautaine - a disparu quelque part entre le château de Cendrillon et Space Mountain», confirme le journal néo-zélandais «New Zealand Herald». «Sarkozy réinvente la France pour une ère bling-bling», titre-il. Le Président serait devenu «le seul participant d'un "Big Brother" [une émission de télé-réalité] dans une maison appelée l'Elysée». D'ailleurs inquiet, le «Times of India» se demande si «les gens ne vont pas le juger davantage sur sa petite amie que sur la qualité de son travail de président».


«Le choix de l'Amérique comme une première destination de vacances avait provoqué beaucoup de commentaires mais celui de se rendre à Louxor est moins facile à interpréter», écrit-il. «Est-ce l'idée d'être pris en photo au milieu des antiquités et l'occasion de rendre hommage à une hégémonie moyen-orientale suffisamment ancienne pour être inoffensive?» Ou «tout simplement les eaux chaudes du Nil comme arrière-plan exotique et approprié pour une romance que l'on suppose torride?».

On est donc loin du «langage d'humilité qui était venu si facilement aux lèvres du président à l'église Saint-Jean-de-Latran», poursuit l'universitaire qui rappelle que Nicolas Sarkozy, s'adressant aux prêtres à Rome, leur avait dit : «comme vous, je suis un humble servant appelé à une tâche immense et transcendante».


Pour les Coréens du journal «Chugan Dong-a», il est «assez extraordinaire» que les journalistes français se passionnent pour l'histoire d'amour du président. «Selon des règles non-écrites, les histoires de cœur des anciens présidents n'étaient révélées qu'après beaucoup de temps».

Un élément dont fait également part sur son blog Charles Bremmer, le correspondant du «Times» à Paris. «Les anciens présidents disparaissaient pendant la semaine de Noël dans des luxueux hôtels en Egypte ou dans l'océan Indien. Ils étaient parfois accompagnés de femmes qui n'étaient pas leur épouse. (…) Mais les anciens présidents étaient toujours discrets et personne ne savait où ils se trouvaient», écrit-il.

Et de conclure : «Sarkozy dit vouloir moderniser le côté monarchique de la Ve République en agissant comme un simple gars qui a réussi, qui a une copine tapageuse et qui apprécie les bonnes choses de la vie. Pour l'instant, son style fonctionne. Mais il prend le risque que la tolérance tourne au ridicule».

smoke smoke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Thibaud
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3252
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 28 Déc - 18:05

C'est clair qu'il devient bien casse couille. Pas un jour sans qu'on le voit a la tv, ké saoule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrotloucountès
Nissardoun
Nissardoun
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 42
Localisation : dans un camp de Hippies.....
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 28 Déc - 21:14

Al a écrit:
Pierrotloucountès a écrit:
ben encore non Nyc'
c'est pas la faute aux sociétés de sécurité,ni au gouvernement US,si il y a des conflits inter-ethniques

Ben voyons....
La faute à pas d'chance, ma bonne dame....
smoke
Ecoute, Pierrot, si tu viens ici aussi faire ta propagande de petit larbin suceur d'US, et ta provoc gratuite, ce sera tout seul ; je ne te répondrai plus.
Il y a les adversaires politiques, qui peuvent avoir droit au respect, avec qui on peut dialoguer, mais il y a les partisans et les collabos des assassins qui n'ont droit qu'au mépris.
ah ben non,faut faire comme toi être partisan de la pensée unique sad
que tout le monde adhère et acquiesce à ta cause.
ben voyons,en URSS pendant la période rouge,y'avait qu'une seule idée à s'accrocher,le reste n'existait pas ou pure propagande US sad
que tu me réponde plus,ça ne me dérange pas,et que tu veuille me mépriser aussi, tu en est libre,mais sache que si tu ne sais pas partager le débat,tu va rester tout seul à poster qu'a toi même.

et comme dirait ma collègue de travail,la secrétaire : grand bien te fasse

sur ce,tchao ma vieille branche,pouartà ti bèn ,Joyeux Noel et bonne année ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 28 Déc - 21:35

Un peu de logique économique (pas pour ceux que ça concerne, puisque ça nous concerne tous, mais pour ceux que ça interesse...)

Les mensonges du libéralisme


"Le libéralisme, c’est plus de choix et des meilleurs prix pour le consommateur"

FAUX: Selon le dogme libéral lui-même, le libéralisme ne peut fonctionner que si il existe une concurrence suffisante de l’offre. Or dans les faits, le capitalisme libéral tend vers la concentration et la formation de monopoles qui éliminent toute concurrence, réduisent le choix du consommateur et font monter les prix (ou baisser la qualité).

Dans le domaine des services publics comme la distribution d’eau, la poste, ou les chemins de fer, leur privatisation s’est toujours traduite par une augmentation des coûts pour l’usager, une diminution du service, et une réduction des investissements dans l’entretien des infrastructures.

Quant aux systèmes de retraites privés (les fonds de pension), ils consistent à priver les salariés de toute sécurité, en les livrant aux incertitudes de la gestion des organismes financiers. En cas de faillite de ces derniers, les salariés se retrouvent sans retraite malgré des années de cotisation. C’est ce qui s’est passé aux Etats-Unis en 2002 avec la faillite d’Enron.

"Le libéralisme, c’est le libre-jeu du marché"


FAUX
: Toujours selon le dogme libéral, le libre-jeu du marché nécessite la transparence du marché et de l’information. En réalité, à cause des pratiques d’opacité et de l’inégalité dans l’accès à l’information, le consommateur ne peut choisir en connaissance de cause.

"La croissance crée des emplois"

FAUX: La croissance crée des emplois dans un premier temps, mais elle sert surtout à financer les "restructurations" et les délocalisations. Au bout du compte, elle détruit davantage d’emplois qu’elle n’en crée.

"Seul le marché est apte à déterminer le juste prix des matières premières, des devises, ou des entreprises"

FAUX: Les marchés sont essentiellement guidés par la spéculation et la recherche du profit à court-terme. Les fluctuations des cours sont souvent irrationnelles, excessives, et soumises à la manipulation. Ces oscillations excessives des cours sont destructrices, provoquant ruines et faillites dans l’économie réelle. Mais dans le même temps, ces oscillations sont aussi génératrices de profit pour les spéculateurs. Encore le principe des vases communicants... !

"L’entreprise crée des richesses. Elle est la source de la prospérité des pays et de leurs habitants"

FAUX: le plus souvent, les entreprises ne créent pas de richesses, car la valeur créée est inférieure aux coût réel des ressources utilisées ou détruites, si on prend en compte le coût environnemental et humain, ainsi que le coût réel des matières premières non-renouvelables.

Le "profit" des grandes entreprises est en réalité prélevé sur la nature, saccagée par l’exploitation, l’urbanisation et la pollution, ou "vampirisé" sur d’autres acteurs économiques:

- sur les salariés qu’on aura licencié pour économiser des coûts ou "augmenter la productivité", ou dont on aura réduit la rémunération ou la protection sociale.

- sur les consommateurs qui doivent payer plus pour une qualité ou une quantité moindre.

- sur les fournisseurs (en particulier sur les producteurs de matières premières minières ou agricoles)

- sur d’autres entreprises dont on aura provoqué la faillite par des pratiques déloyales, ou qui sont rachetées pour être ensuite dépecées, vendues par morceaux, et dont dont les salariés sont transformés en chômeurs.

- sur les populations du Tiers-Monde qui ont été spoliées de leurs terres et de leurs ressources, et qui ont été réduites en esclavage, obligées de travailler dans les mines ou les "ateliers de la sueur" des entreprises transnationales, ou pire encore, obligées de servir de cobayes à l’industrie pharmaceutique, ou de vendre leurs organes (le plus souvent un rein ou un oeil) qui seront ensuite greffés à des malades fortunés. (le prix payé pour le prélèvement d’un rein va de 20.000 euros en Turquie, à seulement 800 euros en Inde)

"La mondialisation profite à tous"

FAUX: Entre 1992 et 2002, le revenu par habitant a chuté dans 81 pays. Dans le Tiers-Monde, le nombre des "extrêmement pauvres" a augmenté de près de 100 millions.

L’écart des salaires s’est également creusé de manière fantastique. Prenons l’exemple d’une ouvrière chez un sous-traitant asiatique de Disney qui fabrique des vêtements à l’éffigie de Mickey pour les consommateurs occidentaux. Cette ouvrière travaille dans un "atelier de la sueur", 14 heures par jour, 7 jours sur 7, sans aucune protection sociale, sans droit de grève, le tout pour un salaire horaire de 0,28 dollars. Dans le même temps, le salaire horaire du PDG de Disney est de 2800 dollars, soit 10.000 fois plus.

Les 225 personnes les plus riches du monde cumulent un patrimoine global de 1000 milliards de dollars, l’équivalent du revenu annuel des 3 milliards de personnes les plus pauvres de la planète, soit 47% de la population mondiale. La fortune additionnée des 84 personnes les plus riches dépasse le produit intérieur brut de la Chine avec ses 1,2 milliard d’habitants.

En 2002, 20% de la population mondiale accapare 80% des richesses, possède plus de 80% des voitures en circulation et consomme 60% de l’énergie, tandis que le milliard d’habitants les plus pauvres se partagent 1% du revenu mondial.

"Le libéralisme est le seul choix possible, sous peine de s’isoler du Monde"


FAUX: Certes, un pays cours le risque d’une délocalisation accrue des entreprises si il ne va pas dans le sens de leurs désirs. Du fait de la mondialisation, les salariés occidentaux sont désormais en concurrence avec les salariés de l’Inde ou de la Chine, y compris pour des emplois qualifiés dans le tertiaire ou les secteurs technologiques. Tant qu’il y aura le moindre profit à réaliser en délocalisant, les entreprises iront au plus offrant, dans le pays où elles trouvent les lois sociales et environnementales les moins contraignantes.

Mais si il en est ainsi, c’est parce que nos gouvernements se sont entendus pour créer ces conditions, en appliquant simultanément dans tous les pays les déréglementations prônées par l’idéologie libérale. Ils ont réalisé la mondialisation uniquement dans un sens favorable aux entreprises, sans la contrepartie d’une mondialisation au niveau des lois de protection sociale et environnementale. La mondialisation néo-libérale est résolument dissymétrique.

D’autre part, cette absence apparente de choix revient de fait à une dictature des entreprises. Accepter cette dictature, c’est renoncer au pouvoir souverain des Etats et des représentants élus du Peuple. C’est donc renoncer à la démocratie, et accepter à terme un esclavage généralisé.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Pierrotloucountès
Nissardoun
Nissardoun
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 42
Localisation : dans un camp de Hippies.....
Date d'inscription : 04/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 3:22

petite parenthèse @ Nyctalope :

http://video.google.fr/videoplay?docid=5021530385479026359

alors quand on te vois chier sur Sarkozy,ouvre les yeux,tortille le derrière et chie sur la personne pour qui tu a voté,et qui est 1000 fois plus "orodéfécable" que notre président (et le tien aussi car tu n'y fait pas exception)

sur ce mon bon Nyctalope, Joyeuses Paques et à l'an qué vèn Bièra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cindy
Alcoolo-Picolo
avatar

Nombre de messages : 8565
Age : 37
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 3:34

anticonstitutionnellement :top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 12:12

Pouvoir d'achat: la goutte d'eau qui fait déborder le gaz

Par Pascal Riché (Rue89) 18H15 28/12/2007

Le "gouvernement Sarkozy" (ainsi qu'on commence à l'appeler, le Premier ministre s'étant durablement évaporé) n'en menait déjà pas très large lors de la présentation du projet de loi sur le pouvoir d'achat. Après la décision, jeudi, d'autoriser une hausse des tarifs du gaz de 4%, qui frappera 7 millions de foyers à compter du premier janvier, son discours sur le sujet devient inaudible.

Depuis la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy ne parvient pas, sur cette question, à sortir de l'incohérence:

1. Sarkozy le candidat promet d'abord d'être "le président du pouvoir d'achat".

2. A peine élu, Sarkozy le président distribue du pouvoir d'achat, mais aux plus aisés: c'est le bouclier fiscal, la baisse de l'impôt sur les successions, le remboursement des frais de scolarité des enfants d'expatriés, etc.

3. Arrive l'hiver. Il met en route une loi sur le pouvoir d'achat, mais les caisses étant vides, il est contraint de recourir à une usine à gaz qui ne lui coûte rien, à base de "monétisation des RTT", "déblocage de la participation" et de "changement d'indexation des loyers". Il tergiverse au passage sur l'exonération de la redevance télé pour les retraités non imposables (que la majorité entendait initialement supprimer). Les députés recousent comme ils le peuvent le projet, pour le rendre plus présentables sous les lazzis des socialistes, qui jusque là hibernaient, aussi silencieux que François Fillon

4. Malgré des sondages catastrophiques sur la question, Sarkozy autorise l'augmentation de 4% des prix du gaz. Soit une cinquantaine d'euros d’augmentation sur la facture annuelle d’un foyer moyen.


Dans ce dilemme, quelle devait être, alors que le pouvoir d'achat est une préoccupation centrale des Français, la priorité de l'Etat?

Après tout, la situation de GDF n'est pas encore catastrophique, loin de là. La hausse des cours des hydrocarbures est en partie compensée par la baisse du dollar. Par ailleurs, comme le remarquent les associations de consommateurs, pour importer son gaz, GDF signe des contrats de fourniture de long terme, qui permettent de lisser les variations des prix.

Au 1er semestre 2007, ses bénéfices s'élevaient à 1,51 milliard d'euros. Des bénéfices qui avaient augmenté de près de 30% par an en 2005 et 2006. De bons résultats dont les consommateurs n'ont pas vu la couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 12:29

Durée du travail: la polémique rebondit

LEXPRESS.fr

Les 35 heures sont dans le collimateur de François Fillon. Il souhaite que les partenaires sociaux déterminent eux-mêmes les règles applicables en matière de durée du travail. Le PS rugit, et les syndicats dénoncent "une régression de plus d'un siècle".

e PS a accusé vendredi le gouvernement de chercher à "abolir la durée légale du travail". Il faisait allusion à la volonté de François Fillon, formulée jeudi, de demander aux partenaires sociaux de s'interroger sur la possibilité de rehausser le seuil de déclenchement des heures supplémentaires.

"Le Premier ministre vient de dévoiler le véritable projet du gouvernement qui est purement et simplement l'abolition de la durée légale de travail par des accords négociés entreprise par entreprise", a déclaré dans un communiqué Stéphane Le Foll, directeur du cabinet de François Hollande.

Reculer le seuil de déclenchement des heures supplémentaires revient à "dévaloriser les heures travaillées en plus qui deviendront des heures de travail 'normales' rémunérées sans plus aucune majoration de salaires", a-t-il ajouté.

"Au moment où le pouvoir d'achat des Français baisse, la nouvelle promesse qu'adresse Nicolas Sarkozy aux salariés est "Travaillez, travaillez plus, il n'en restera rien""
, a-t-il ironisé.

Le gouvernement a publié jeudi un document d'orientation sur les points qu'il souhaite voir aborder dans le cadre d'une négociation nationale interprofessionnelle en 2008, qu'il a adressé aux organisations syndicales et patronales.

Dans ce document, le Premier ministre demande notamment aux partenaires sociaux de se prononcer sur ce qui, en matière de durée du travail, doit être fixé par la loi, par accord collectif ou par accord individuel.

Les syndicats ont également vivement réagi. Le Premier ministre "sait très bien que sur ces questions-là, la négociation ne pourra pas fonctionner. Donc d'une certaine manière, on fait semblant de nous consulter et après on passe en force", a déclaré sur France Info le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly.

Jean-Christophe Le Duigou, secrétaire confédéral CGT, a quant à lui indiqué que "la remise en cause de la notion de durée légale du travail commune à l'ensemble des salariés serait sans doute une régression de plus d'un siècle". "Dans une même localité, vous verrez les directions d'un supermarché qui négocieront une durée légale pour leurs salariés et tel autre qui négociera autre chose. Forcément, le patronat mettra en concurrence les salariés pour obtenir le maximum de concessions sur la durée du travail et cela deviendra vite intenable", a-t-il expliqué sur France Inter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 18:42

J'ai trouvé un bouquin pour toi.




:top: :top:

_________________
Sucer des glands ne fera pas de toi un écureuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 19:42

Steph a écrit:
J'ai trouvé un bouquin pour toi.




:top: :top:

Merci beaucoup ! Bièra !

Pour ne pas être en reste, en voici un pour toi :



Ça te prendra un peu plus de temps pour le lire, mais avec plus de profit !


:top: :top: :top:


Dernière édition par le Sam 29 Déc - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 29 Déc - 19:42

:mdr:

_________________
Sucer des glands ne fera pas de toi un écureuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Dim 30 Déc - 20:16

Vous n'êtes pas encore sûrs de vous faire bien enfler ?
Pas d'inquiétude, ça vient....

Durée du travail : une loi avant l'été ?

François Fillon envisage de faire appliquer "avant l'été" une nouvelle loi sur les règles régissant la durée du travail

Selon "Le Journal du dimanche", "les heures effectuées au-delà de 35 heures
resteront défiscalisées et exemptées de cotisations sociales. Mais, en fonction des accords, elles ne seront plus toutes payées avec 25% de bonus".


La durée légale du travail de 35 heures ne serait pas remise en cause, indique également le JDD, qui cite explicitement Matignon sur ce point, mais la durée légale ne s'appliquerait pas dans les entreprises ayant l'accord des salariés.

La durée légale du travail correspond au seuil de déclenchement des heures supplémentaires, c'est-à-dire à l'horaire hebdomadaire au-delà duquel un salarié est payé théoriquement 25% de plus qu'une heure normale.

Depuis le 1er octobre, en application de la promesse de campagne de Nicolas
Sarkzoy "travailler plus pour gagner plus", les heures supplémentaires bénéficiaient d'un "triple bonus" selon le gouvernement : majoration de 25%, pas de cotisation sociale, pas d'impôt.


Le texte de loi qu'envisagerait le Premier ministre permettrait de ne plus majorer de 25% les heures travaillées au-delà de 35 heures, s'il y a un accord d'entreprise. Ces heures ne sont pas prises en compte pour la retraite ou la sécurité sociale, puisqu'elles sont exonérées de cotisation sociale.

Vous avez vos stocks d'anusol ?



smoke smoke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 13:22

Ca ne me concerne pas, m'en bati :top:

_________________
Sucer des glands ne fera pas de toi un écureuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 16:28

Steph a écrit:
Ca ne me concerne pas, m'en bati :top:


Pareil, chacun sa merde...

:top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 16:48

rolandinho a écrit:
Steph a écrit:
Ca ne me concerne pas, m'en bati :top:


Pareil, chacun sa merde...

:top:


«Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester.»

texte de Martin Niemöller, pasteur protestant, arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen puis transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau...



:p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 16:51

"Le cynique, c'est celui qui connait le prix de tout et la valeur de rien"


:top: :top: :top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 16:54

La liberté consiste à choisir entre deux esclavages : l'égoïsme et la conscience. Celui qui choisit la conscience est l'homme libre.

[Victor Hugo]

L'égoïsme des classes est un des soutiens les plus fermes de la tyrannie.

[Emile Zola]

:p :p :p


Dernière édition par le Lun 31 Déc - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 16:55

bouge
La très grande majorité des Français, y compris sans doute nombre d’électeurs, voire de militants communistes, tiennent pour une parfaite évidence que, selon une formule connue, « le communisme a été essayé, et il a radicalement échoué ». Dans cette phrase-clef, que veut dire « le communisme » ? Pour simplifier, disons : trois choses : 1) la sorte de société qu’ont représentée, par-delà leurs différences, l’Union soviétique, les pays d’Europe de l’Est, une demi-douzaine d’autres dont le Cambodge de Pol Pot (le cas de la Chine fait problème pour tout le monde) ; 2) le type d’organisation politique qu’avec des variantes ont pratiqué les partis composant le mouvement communiste, le PCF en étant tenu pour une exemplaire illustration ; 3) le mode de pensée qu’a longuement donné à voir le « marxisme-léninisme » sous ses diverses figures doctrinales, celles notamment du matérialisme dialectique et historique comme du socialisme scientifique. On peut longuement épiloguer sur l’appréciation historique à porter sur « le communisme » ainsi défini, en faisant valoir à bon droit ce qu’on doit aussi lui reconnaître d’apports théoriques, de mérites politiques, d’avancées sociales. Bien rares sont ceux qui pour autant ne l’associent pas à l’idée d’un radical échec d’ensemble, et si pénible que ce puisse être il faut bien en convenir. Sans même parler des crimes, les sociétés qui se so
La très grande majorité des Français, y compris sans doute nombre d’électeurs, voire de militants communistes, tiennent pour une parfaite évidence que, selon une formule connue, « le communisme a été essayé, et il a radicalement échoué ». Dans cette phrase-clef, que veut dire « le communisme » ? Pour simplifier, disons : trois choses : 1) la sorte de société qu’ont représentée, par-delà leurs différences, l’Union soviétique, les pays d’Europe de l’Est, une demi-douzaine d’autres dont le Cambodge de Pol Pot (le cas de la Chine fait problème pour tout le monde) ; 2) le type d’organisation politique qu’avec des variantes ont pratiqué les partis composant le mouvement communiste, le PCF en étant tenu pour une exemplaire illustration ; 3) le mode de pensée qu’a longuement donné à voir le « marxisme-léninisme » sous ses diverses figures doctrinales, celles notamment du matérialisme dialectique et historique comme du socialisme scientifique. On peut longuement épiloguer sur l’appréciation historique à porter sur « le communisme » ainsi défini, en faisant valoir à bon droit ce qu’on doit aussi lui reconnaître d’apports théoriques, de mérites politiques, d’avancées sociales. Bien rares sont ceux qui pour autant ne l’associent pas à l’idée d’un radical échec d’ensemble, et si pénible que ce puisse être il faut bien en convenir. Sans même parler des crimes, les sociétés qui se sont construites plus ou moins à l’image de l’URSS n’ont semble-t il eu à terme le choix historique qu’entre disparaître ou s’ouvrir au capital. Les partis nés de la IIIe Internationale – pour ne rien dire ici de la IVe – apparaissent sauf rares exceptions voués eux-mêmes à l’autodissolution ou à la marginalisation. Et si des lectures renouvelées de Marx en donnent à voir toute l’actuelle fécondité, nombre de certitudes doctrinales proclamées par ce qui s’est appelé le marxisme n’ont pas résisté elles-mêmes au temps et ont perdu tout crédit. Seuls des autistes politiques peuvent affecter de le nier : « le communisme » est bien mort.
nt construites plus ou moins à l’image de l’URSS n’ont semble-t il eu à terme le choix historique qu’entre disparaître ou s’ouvrir au capital. Les partis nés de la IIIe Internationale – pour ne rien dire ici de la IVe – apparaissent sauf rares exceptions voués eux-mêmes à l’autodissolution ou à la marginalisation. Et si des lectures renouvelées de Marx en donnent à voir toute l’actuelle fécondité, nombre de certitudes doctrinales proclamées par ce qui s’est appelé le marxisme n’ont pas résisté elles-mêmes au temps et ont perdu tout crédit. Seuls des autistes politiques peuvent affecter de le nier : « le communisme » est bien mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 17:00

rolandinho a écrit:
bouge
La très grande majorité des Français, y compris sans doute nombre d’électeurs, voire de militants communistes, tiennent pour une parfaite évidence que, selon une formule connue, « le communisme a été essayé, et il a radicalement échoué ». Dans cette phrase-clef, que veut dire « le communisme » ? Pour simplifier, disons : trois choses : 1) la sorte de société qu’ont représentée, par-delà leurs différences, l’Union soviétique, les pays d’Europe de l’Est, une demi-douzaine d’autres dont le Cambodge de Pol Pot (le cas de la Chine fait problème pour tout le monde) ; 2) le type d’organisation politique qu’avec des variantes ont pratiqué les partis composant le mouvement communiste, le PCF en étant tenu pour une exemplaire illustration ; 3) le mode de pensée qu’a longuement donné à voir le « marxisme-léninisme » sous ses diverses figures doctrinales, celles notamment du matérialisme dialectique et historique comme du socialisme scientifique. On peut longuement épiloguer sur l’appréciation historique à porter sur « le communisme » ainsi défini, en faisant valoir à bon droit ce qu’on doit aussi lui reconnaître d’apports théoriques, de mérites politiques, d’avancées sociales. Bien rares sont ceux qui pour autant ne l’associent pas à l’idée d’un radical échec d’ensemble, et si pénible que ce puisse être il faut bien en convenir. Sans même parler des crimes, les sociétés qui se so
La très grande majorité des Français, y compris sans doute nombre d’électeurs, voire de militants communistes, tiennent pour une parfaite évidence que, selon une formule connue, « le communisme a été essayé, et il a radicalement échoué ». Dans cette phrase-clef, que veut dire « le communisme » ? Pour simplifier, disons : trois choses : 1) la sorte de société qu’ont représentée, par-delà leurs différences, l’Union soviétique, les pays d’Europe de l’Est, une demi-douzaine d’autres dont le Cambodge de Pol Pot (le cas de la Chine fait problème pour tout le monde) ; 2) le type d’organisation politique qu’avec des variantes ont pratiqué les partis composant le mouvement communiste, le PCF en étant tenu pour une exemplaire illustration ; 3) le mode de pensée qu’a longuement donné à voir le « marxisme-léninisme » sous ses diverses figures doctrinales, celles notamment du matérialisme dialectique et historique comme du socialisme scientifique. On peut longuement épiloguer sur l’appréciation historique à porter sur « le communisme » ainsi défini, en faisant valoir à bon droit ce qu’on doit aussi lui reconnaître d’apports théoriques, de mérites politiques, d’avancées sociales. Bien rares sont ceux qui pour autant ne l’associent pas à l’idée d’un radical échec d’ensemble, et si pénible que ce puisse être il faut bien en convenir. Sans même parler des crimes, les sociétés qui se sont construites plus ou moins à l’image de l’URSS n’ont semble-t il eu à terme le choix historique qu’entre disparaître ou s’ouvrir au capital. Les partis nés de la IIIe Internationale – pour ne rien dire ici de la IVe – apparaissent sauf rares exceptions voués eux-mêmes à l’autodissolution ou à la marginalisation. Et si des lectures renouvelées de Marx en donnent à voir toute l’actuelle fécondité, nombre de certitudes doctrinales proclamées par ce qui s’est appelé le marxisme n’ont pas résisté elles-mêmes au temps et ont perdu tout crédit. Seuls des autistes politiques peuvent affecter de le nier : « le communisme » est bien mort.
nt construites plus ou moins à l’image de l’URSS n’ont semble-t il eu à terme le choix historique qu’entre disparaître ou s’ouvrir au capital. Les partis nés de la IIIe Internationale – pour ne rien dire ici de la IVe – apparaissent sauf rares exceptions voués eux-mêmes à l’autodissolution ou à la marginalisation. Et si des lectures renouvelées de Marx en donnent à voir toute l’actuelle fécondité, nombre de certitudes doctrinales proclamées par ce qui s’est appelé le marxisme n’ont pas résisté elles-mêmes au temps et ont perdu tout crédit. Seuls des autistes politiques peuvent affecter de le nier : « le communisme » est bien mort.

c/c mal foutu ( redites = italiques)) et totalement hors sujet.



:top: :top: :top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 17:03

ça m'a fait un post en + !!!
rei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 17:04

rolandinho a écrit:
ça m'a fait un post en + !!!
rei

Vu le post, je ne m'en vanterais pas : même pas capable de faire un c/c

:top: :top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 17:05

On n'a pas tous la maîtrise du c/c










:top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Lun 31 Déc - 17:10

rolandinho a écrit:
On n'a pas tous la maîtrise du c/c










:top:



( Plus 1 post qui sert à rien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mar 1 Jan - 12:26

Nouvelle année, nouvelles mesures

Le Journal du Dimanche et LeJDD.fr

>> Avant que n'intervienne l'interdiction totale de fumer dans les lieux publics (le 2 janvier), le passage à la nouvelle année s'accompagne de l'application de nouvelles mesures décidées par le gouvernement. Franchises, médical, prix du gaz ou aides sociales, Le Journal du Dimanche revient sur de ce qui vous attend à partir du 1er janvier 2008.


Le gaz grimpe de 4%

Les tarifs d'Etat appliqués par GDF montent pour la première fois depuis mai 2006. Les sept millions de Français qui se chauffent au gaz devraient voir leurs factures s'alourdir de 1 à 5 euros par mois.


Les franchises médicales arrivent

La Sécu réduit ses remboursements de 50 centimes par boîte de médicament et par acte paramédical (kiné, soins infirmiers...) et de 2 euros par transport en ambulance. Dans l'année, le montant total de ces franchises sera plafonné à 50 euros (4 euros par jour pour les ambulances). Les enfants, les femmes enceintes et les bénéficiaires de la couverture maladie universelle en sont exonérés.

Retraites et aides sociales en légère hausse
smoke smoke

Les pensions de retraite sont revalorisées de 1,1%.
Elles bénéficieront d'un coup de pouce dans le courant de l'année, promis par Xavier Bertrand, ministre des Affaires sociales. Le minimum vieillesse atteint 628,10 euros. Les prestations familiales augmentent, elles, de 1%. Par ailleurs, le revenu minimum d'insertion est rehaussé de 1,6%, il est fixé à 447,91 euros pour une personne seule ou un couple sans enfant. Les allocations pour les chômeurs âgés ou de longue durée évoluent également de 1,6%. De son côté, l'allocation aux adultes handicapés est relevée de 1,1%.


L'inflation hors tabac et hors loyers s'élève actuellement à 2,3%


Allez, bonne année, happy tax payers !!
smoke

bouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mar 1 Jan - 12:55

Les français : "On ne comprend pas : on avait déjà un sèrieux mal au Q, et voilà que là, il nous en remêt un coup bien profond, jusqu'à la garde .. ???"
Les sarkozystes " C'est bien : au moins, lui, il fait quelque chose : il vous élargit le conduit anal, pour que, pour toutes les prochaines fois où vous allez vous faire mettre, pendant 5 ans, vous ayiez moins mal..."

Ah, ok, ok, ok.....
rei rei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Jeu 3 Jan - 0:32

Edgar Morin : "Que connaissent Sarkozy et Guaino de mes thèses ?"



Que connaissent-ils de mes thèses ?", s'interroge le sociologue et philosophe Edgar Morin, mercredi 2 janvier, au sujet de la "politique de civilisation" prônée par Nicolas Sarkozy dans ses vœux télévisés, lundi soir.

Avec cette expression, le président de la République s'est approprié un concept développé dans un livre d'Edgar Morin, "Pour une politique de civilisation" (éd. Arléa, 2002). "M. Sarkozy a repris le mot, mais que connaissent-ils de mes thèses, lui ou Henri Guaino ? Est-ce une expression reprise au vol ou une référence à mes idées ? Rien dans le contexte dans lequel il l'emploie ne l'indique", commente d'Edgar Morin dans Le Monde.

"Aucun signe"


"Lorsque j'ai parlé de 'politique de civilisation', je partais du constat que si notre civilisation occidentale avait produit des bienfaits, elle avait aussi généré des maux qui sont de plus en plus importants", poursuit le sociologue. "Je m'attachais à voir dans quelle mesure on peut remédier à ces maux sans perdre les bienfaits de notre civilisation."

Edgar Morin explique encore qu'il avait fait des propositions concrètes aux candidats à la présidentielle en fonction de ce diagnostic, et "notamment sur le terrain du rétablissement des solidarités, de la création de maisons de solidarité ou d'un service civil ad hoc".

"Je ne peux exclure que M. Sarkozy réoriente sa politique dans ce sens, mais il ne l'a pas montré jusqu'à présent et n'en donne aucun signe", poursuit Edgar Morin. "Si sa reprise du thème de la 'politique de civilisation' pouvait éveiller l'intérêt, notamment de la gauche, non pour l'expression mais pour le fond, ce ne serait que souhaitable."


Même s'il ne sait même pas ce que ça veut dire, et qu'il n'en a rien à foutre, ça mange pas de pain d'en parler, hein....
smoke smoke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Jeu 3 Jan - 12:13

Travailler plus pour gagner moins...

Le slogan "travailler plus pour gagner plus" cache une toute autre réalité mathématiquement établie: "travailler plus pour un salaire horaire moindre".

Selon l’étude annuelle sur « les salaires en France » publiée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) le surcroît de 11,6 % de productivité horaire du salarié français par rapport à la moyenne des Quinze déjà observé en 1996, est passé à 16,5 % en 2004...

Autrement dit, de 1996 à 2004, l’évolution de votre salaire horaire n’a pas suivi l’évolution des gains de productivité générés par votre travail.

Non seulement vous n’avez pas eu l’évolution du pouvoir d’achat à laquelle vous pouviez prétendre faute d’un partage équitable de ces gains de productivité entre les salariés et les actionnaires, mais vous "travaillez plus pour un salaire horaire moindre".


Pour vous en convaincre, il suffit de prendre une de vos fiches de paie assortie d’heures supplémentaires sous le gouvernement Jospin et de la comparer avec votre fiche de paie assortie d’heures supplémentaires après la mise en oeuvre de la loi TEPA en octobre 2007.

Vous constaterez que le taux horaire augmenté de 25 % existait sous le gouvernement Jospin et que vos heures supplémentaires ouvraient droit à retraite puisque votre employeur cotisait sur cette partie de votre rémunération.

La cotisation de l’entreprise pour votre retraite sur les heures supplémentaires s’analyse comme un "salaire différé".

Aujourd’hui le taux horaire bonifié d’une heure supplémentaire est revenu à + 25 %, après un passage à +10 % sous le gouvernement Raffarin, mais désormais, votre employeur ne cotise plus pour votre retraite sur les heures supplémentaires que vous exécutez à sa demande.

Vous ne toucherez plus - sous forme de points de retraite supplémentaires - le salaire différé constitué par les cotisations patronales sur les heures de travail supplémentaires effectuées au cours de votre carrière.

Il est donc extraordinaire de présenter comme une grande avancée la perte de ces droits à retraite.

Il est illusoire de penser cotiser volontairement à la retraite sur le montant des heures supplémentaires, motif pris qu’elles ne sont plus imposables, car il faudrait encore bénéficier d’une réduction d’impôts effective ce qui n’est pas le cas du chef de famille au Smic : rappelons qu’ouvriers et employés, les principaux concernés par le régime des heures supplémentaires, représentent 53 % de la population salariale active (cf. observatoire des inégalités 2007 page 73).

Ce dispositif mis en place par la loi TEPA permet de voir à quel point les réalités sociales échappent à nos gouvernants, mais il semblerait que l’on n’en reste pas là : pendant la trêve des confiseurs, un risque de régression sociale sans précédent est passé quelque peu inaperçu.

En effet, à ce jour, la première heure supplémentaire payée à salaire horaire bonifié est la 36e heure de travail hebdomadaire. Or le gouvernement envisage d’augmenter la durée légale hebdomadaire du travail qui est actuellement en France de 35 heures.

Il peut le faire en toute légalité jusqu’à la durée maximale du temps de travail définie par les normes européennes qui est de 48 heures hebdomadaires de travail pour un salaire à temps plein.

Si ceci advenait, vous travailleriez 13 heures en plus (48 heures-35 heures) pour un Smic (salaire minimal pour un temps plein) ce qui représente une baisse du salaire horaire de plus du tiers par rapport à ce qu’il est actuellement.


Imaginons que le gouvernement n’aille pas à cette extrémité et qu’il opte par exemple pour un retour à 42 heures hebdomadaires travaillées, la première heure supplémentaire payée à un salaire horaire bonifié de 25 % deviendrait la 43e heure de travail et non la 36e heure comme aujourd’hui.

Autant dire que le régime salarial bonifié des heures supplémentaires disparaîtrait. Nous sommes peu nombreux à faire plus de sept heures supplémentaires par semaine ce qui représente de l’ordre de 20 % de travail supplémentaire par mois. Il suffit pour s’en convaincre de voir ce que représentent les heures supplémentaires dans la rémunération totale pour les 900 salariés qui ont répondu au sondage que vous trouverez sur : http://prudhommesisere.free.fr/indey.htm

Cette modification de la durée hebdomadaire du travail est demandée avec insistance par le patronat.

En effet celui-ci ne peut répondre à la commande gouvernementale du "travailler plus pour gagner plus" faute d’une réelle recrudescence des commandes. Le sondage précité indique que seuls 19 % des salariés ont bénéficié d’une augmentation du quota de leurs heures supplémentaires c’est insuffisant pour impacter le pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés.

Le chef de l’Etat l’a parfaitement compris et, pour tenter d’amplifier le mouvement, permet aujourd’hui le rachat des jours RTT déposés sur les comptes épargne temps. Il y a peu de chance que cela change grandement la donne car, au vu du même sondage, seuls 2 % des salariés disposaient de jours RTT sur de tels comptes.

Cependant, cette nouvelle disposition contraindrait le patronat à renégocier les accords RTT qui, pour la plupart, bloquent la contre-valeur financière de ces jours sur de longues périodes.

Or, les jours de RTT ainsi déposés sont la contrepartie de la flexibilité qui a permis d’obtenir en France un des meilleurs taux mondiaux de productivité horaire. Le patronat, fort logiquement, ne souhaite pas revenir sur un tel acquis dont l’Insee a souligné tout l’intérêt dans sa dernière étude sur les salaires.

On ne toucherait donc pas dans l’immédiat aux accords RTT. Par contre, on négocierait entreprise par entreprise l’augmentation de la durée hebdomadaire du travail avec pour seule limite le plafond européen...

On aurait ainsi dans chaque bassin d’emploi, pour un salaire à temps plein égal au Smic et un même type d’activité, des durées hebdomadaires du travail différentes suivant l’établissement concerné.

On a vécu l’effet de dumping social entre pays émergents, ou pays de l’Est européen par rapport aux provinces françaises, le dumping social s’installerait désormais à l’échelle du bassin d’emploi par le biais d’un taux horaire de l’heure travaillée pouvant être réduit de plus du tiers de sa valeur...

On aurait ici un salaire guère supérieur au Smic pour 48 heures hebdomadaires travaillées, là, le Smic serait la contrepartie de 35 heures travaillées.

Ne pensez pas que cette situation soit improbable car elle existe déjà dans le commerce par l’intermédiaire des "heures dites d’équivalence" qui attribuent un Smic pour 42 heures de présence dans les magasins.

Cette disposition parfaitement légale participe d’ailleurs grandement au phénomène des "travailleurs pauvres" car les frais, notamment de garde d’enfants, demeurent à hauteur de 42 heures hebdomadaires d’absence du foyer.

A terme, le nivellement se ferait vers le bas pour tous les emplois courants où le salariat est interchangeable et dans les métiers qui ne connaissent aucune pénurie de main-d’oeuvre, c’est-à-dire la plupart des métiers communément exercés par les classes moyennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 4 Jan - 12:58


Ô combien vous m’avez indignée et blessée !


Monsieur le Président de la République,

C’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu votre discours du 20 décembre 2007 à Rome. Je ne peux m’empêcher de vous écrire combien il m’a indignée et blessée, sans doute comme beaucoup de Français.

Votre perception parcellaire de notre Histoire et de notre culture est surprenante. Il semble, selon vous, que le monde a commencé à exister avec la chrétienté. Avant, c’était le néant et là seulement apparaissent les racines de notre culture. J’ai dû avoir de bien mauvais maîtres pour qu’ils m’aient enseigné l’existence des cultures antiques européennes ou d’autres continents. Ils ont même eu l’audace de me parler de mythologies ou de croyances païennes dont on trouverait encore des traces dans nos provinces. Il est exact que la religion catholique nous a imposé pendant plusieurs siècles son carcan culturel, sa confiscation des sciences et le pouvoir politique de droit divin, avec tous les malheurs, les guerres et les violences qui les ont accompagnés. Toutefois, vous, Monsieur le Président, qui aimait les ruptures, vous ne pouvez oublier que nos ancêtres ont rompu avec le Divin, malgré plusieurs soubresauts, entre 1789 et 1905. Ces racines-là, avec celles issues de la Commune et de l’histoire du Mouvement Ouvrier, sont chères à beaucoup d’entre nous. Quant à nos grands écrivains eux qui ont su faire la gloire de notre belle langue, vous n’en citez que quelques-uns, oubliant peut-être les plus importants. Je n’ose croire que ce sont des lacunes, ce qui serait grave pour un chef d’Etat ; je suppose qu’il s’agit d’une mémoire sélective et n’est-ce encore plus inquiétant ?

Les Françaises, les Français ne supportent pas qu’on touche à l’intégrité de leur territoire, de leur Histoire, de leur culture. C’est ce qui fait notre identité nationale et c’est aussi pour la défendre que la Résistance s’est dressée pour s’opposer au nazisme.

D’autre part, vous ignorez, certainement volontairement, la définition simple et précise de la laïcité donnée par tous les dictionnaires, notamment celui de l’Académie française. Vous préférez en donner un concept, plus malléable, et qui finalement vous est personnel. La laïcité, Monsieur le Président, est ou n’est pas. Tout qualificatif, tout complément, serait réducteur et une laïcité réduite n’est plus la laïcité. C’est encore une spécificité française, inscrite dans notre Constitution qui ne peut être modifiée que par référendum ou par un vote du Congrès. Tout artifice, toute ruse en la matière, constitue une atteinte à nos institutions dont vous êtes garant.

Par ailleurs, Monsieur le Président, je trouve surprenant votre classement en deux catégories de valeurs inégales : les bons citoyens, croyants et donc aptes à connaître la morale, et les autres qui ne peuvent accéder à aucune éthique parce qu’ils n’ont pas l’espérance. Juger ainsi une partie importante des Français, le faire en pays étranger, blesser des hommes et des femmes que vous êtes censé représenter, est-ce que cela fait partie de vos attributions ? Personnellement, j’ai été très choquée. D’ailleurs est-il nécessaire de craindre le jugement de Dieu ou de vouloir mériter le Paradis, d’acheter des indulgences en allant à Lourdes lors de la visite papale, d’espérer un pardon en confessant ses fautes, pour distinguer le bien et le mal ? Vous refusez de reconnaître tout souci de la morale aux agnostiques et aux athées qui sont souvent des humanistes. Ceux-là sont seuls face à leur conscience, à leurs interrogations. Ils doivent affronter regrets et remords, réparer leurs erreurs éventuelles. Leurs efforts pour améliorer la condition humaine, les choix rationnels qu’ils font dans ce but en donnant ainsi un sens à leur existence, n’ont-ils pas autant de valeur qu’une morale imposée par un dogme et uniquement fondée sur l’espérance ?

Il est vrai que la morale n’est pas la même pour tous les individus :

- établir des privilèges fiscaux et juridiques pour les plus fortunés, d’une part, et, d’autre part, organiser la paupérisation des classes moyennes et des plus défavorisés ;

- risquer la désespérance dans nos ghettos de banlieue où le chômage des jeunes bat tous les records et n’y répondre que par l’envoi de la force publique ;

- étaler un luxe tapageur et, dans le même temps, diminuer le pouvoir d’achat des retraités et augmenter les dépenses des malades les plus atteints ;

- mettre en place la concurrence entre les salariés, les diviser à propos de prétendus privilèges, leur faire miroiter une amélioration "au mérite" et leur faire accepter ainsi le harcèlement au travail et l’idée de la nécessité d’un zèle qui en conduit certains à la dépression et au suicide ;

- installer un tel climat de terreur que des adultes et des enfants se jettent par la fenêtre à l’arrivée de la police ;

- écarter du domaine de la loi subrepticement des éléments essentiels de notre Code du travail pour pouvoir les modifier plus facilement ;

- faire condamner la France, à son grand déshonneur, par l’ONU et par l’Union européenne pour la manière dont y sont traités les demandeurs d’asile et les personnes incarcérées... et ceci n’est pas une liste exhaustive, mais des exemples.

Faire ces choix, c’est peut-être conforme à votre morale, Monsieur le Président de la République, mais certainement pas à la mienne. Il est vrai que je suis une pauvre athée, citoyenne de deuxième zone. Pourtant, je pense que suggérer que cela pourrait être inspiré par une éthique religieuse serait faire injure aux croyants.

Vous aimez, paraît-il, le "parler vrai", aussi je vous ai écrit ce que j’avais sur le coeur.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mon respect pour votre fonction et mon profond attachement à notre République.

Danièle Dugelay, citoyenne française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Phil
Chat Noir
avatar

Nombre de messages : 19030
Age : 41
Localisation : Feldkirch Altenstadt
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Ven 4 Jan - 13:22

rien à signaler.

















































:top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 5 Jan - 1:25

R.A.S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Sam 5 Jan - 12:25

Objectif « Zéro SDF » : des paroles aux actes

Lors de la campagne présidentielle de 2002, Lionel Jospin déclarait se fixer l’objectif de «zéro SDF» à la fin de 2007, annonce qu’il avait déjà faite en 1995. Lors de la campagne présidentielle de 2007, l’actuel président de la République avait repris cet objectif. Notre homme se voulant beaucoup plus ambitieux, déclarait «si je suis élu président de la République, je veux que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. Le droit à l’hébergement, je vais vous le dire, c’est une obligation humaine».

Quoi qu’il en soit, chaque période hivernale est dorénavant accompagnée d’une couverture médiatique à propos des sans-abri, d’autant plus épaisse que le mercure annonce une vague de grand froid. Le reste de l’année, les conditions d’existence matérielles et sanitaires très difficiles auxquelles les sans-abri doivent faire face ne suscitent guère de compassion de Noël. Alors que les Pays-Bas, le Danemark et la Grande-Bretagne ont réduit à presque rien le nombre de sans-abri dans leurs rues, la France compte sur ses belles paroles pour s’affranchir des actes nécessaires.

Le rapport 2007 de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement en France traduit pourtant la dégradation continue de la situation de manière générale, et la multiplication des situations d’extrêmes précarités en particulier. Le rapport établit par la Conférence de consensus réunie à l’initiative de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (FNARS) fin novembre 2007 dresse le même constat.

Les chiffres sont malheureusement très éloignés de l’objectif affiché, ou du résultat de nos partenaires européens. On dénombre aujourd’hui au moins 100 000 personnes sans domicile, et autant de personnes vivant en camping ou dans un mobil home à l’année, plus 50 000 en chambres d’hôtels et 41 000 en habitat de fortune (cabane, construction provisoire), soit environ 300 000 sans-abri. S’ajoutent par ailleurs à ce chiffre 533 000 personnes vivant dans des meublés, 1 150 000 personnes vivant dans des logements dépourvus de confort de base (pas de salle d’eau, pas de WC, pas de chauffage) et un peu plus d’un million de personnes vivant en situation de surpeuplement accentué (sources : enquête ENL Insee 2001, Fondation Abbé Pierre, ministère de la Cohésion sociale, CNRS).

Au total, ce sont presque 3 millions de personnes très mal logées qui font de la France un pays à la traîne dans ce domaine en Europe.
L’absence de volonté clairement affichée de la part des différents responsables politiques depuis une vingtaine d’année pousse dès lors celles et ceux qui se font les porte-parole de cette cause à des opérations « chocs » (Les Enfants de Don Quichotte, le campement rue de la Banque à Paris), parfois emplies de désespoir.

La suite : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33750


Sinon : rien à signaler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mar 8 Jan - 19:38

Vite fait, bien fait : petit résumé de la conférence de presse du président bling-bling :

Verbatim :

"Souhaitez-vous que 2008 soit la fin, au moins réelle, des 35 heures", l'a interrogé un journaliste. "Pour dire les choses comme je le pense, oui", a répondu le président de la République sans en dire davantage. Fin novembre, il avait qualifié "d'acquis social" cette mesure mise en place par Martine Aubry, tout en proposant la monétisation des RTT.


Donc, en clair : vous allez travailler plus (40 heures au moins), pour gagner exactement la même chose : plus d'heures sup.. :top: :top:

"S'agissant du pouvoir d'achat, qu'est-ce que vous attendez de moi? Que je vide des caisses qui sont déjà vides? Qu'il faut que je donne des ordres à des entreprises à qui je n'ai pas à donner d'ordres?", a par la suite fait valoir Nicolas Sarkozy.
"Réduire le débat politique français à la seule question du pouvoir d'achat, c'est absurde, d'autant plus absurde que j'étais le seul à en parler"


En clair : "je me suis fait élire sur le pouvoir d'achat, mais vous pouvez aller vous faire mettre.." :top: :top:




:top: :top: :top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mar 8 Jan - 20:21

Ca me concerne pas :top:

_________________
Sucer des glands ne fera pas de toi un écureuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Chat Noir
avatar

Nombre de messages : 19030
Age : 41
Localisation : Feldkirch Altenstadt
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mar 8 Jan - 20:23

Moi non plus.
:top:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rolandinho
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1583
Localisation : St Sylvestre
Date d'inscription : 08/09/2007

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mer 9 Jan - 2:28

J'aime bien ce topic, bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mer 9 Jan - 21:33

Les pharmaciens dénoncent la hausse des prix des médicaments déremboursés


Alors que le débat sur les franchises médicales entrées en vigueur le 1er janvier fait rage, la Fédération des syndicats pharmaceutiques français (FSPF) a dénoncé, ce mercredi, la hausse des prix des médicaments retirés de la liste des produits remboursables par la Sécurité sociale.

30% d'augmentation

Les laboratoires pharmaceutiques peuvent fixer les prix des médicaments déremboursés, rappelle la FSPF dans un communiqué. Or, selon elle, les médicaments déremboursés depuis le 1er janvier ont vu leur prix augmenter, parfois de «30%».




:top: :top: :top:

Sinon..... rien à signaler...

smoke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mer 9 Jan - 21:49

Vas travailler à Monaco :top:

_________________
Sucer des glands ne fera pas de toi un écureuil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1833
Age : 117
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Rien à signaler   Mer 9 Jan - 22:17

Steph a écrit:
Vas travailler à Monaco :top:

C'est ça : allez, tous les français à Monaco !
rei rei rei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aidealecriturealainvernassa.blogspot.com/
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: moins que tu   Mer 9 Jan - 23:32

Al a écrit:
Steph a écrit:
Vas travailler à Monaco :top:

C'est ça : allez, tous les français à Monaco !
rei rei rei

A moins que tu ne préfères ne pas travailler et vivre avec nos cotisations ? bouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien à signaler   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien à signaler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gagnez de l'oseil sans rien faire !
» Yasmina Khadra, un écrivain algérien
» Meeting Aérien de Reims 27 & 28 juin (spotter day le 26)
» Je crois qu'il n'y a plus rien à ajouter...
» Rien que pour vos cheveux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Countea Nissa :: La buveta-
Sauter vers: