Benvengut sus lou forum de Countea de Nissa
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Rattachement de Tende et La Brigue à la France (1947)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Steph
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 37402
Age : 42
Localisation : Monti
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Le Rattachement de Tende et La Brigue à la France (1947)   Dim 30 Sep - 13:37

Le 16 septembre 1947, la France réalisait son dernier accroissement territorial avec le rattachement au Comté de Nice des communes de Tende et La Brigue et des hautes vallées de la Vésubie et de la Tinée, consécutif au traité de paix franco-italien signé le 10 février à Paris entre les Alliés et la toute jeune république italienne. Les deux villages de la haute vallée de la Roya n'avaient pas suivi l'arrondissement de Nice lors de son annexion en 1860 et étaient demeurés italiens au mépris de la volonté que ses habitants avaient exprimée à ce moment-là.

En mars 1860, lors de la négociation du traité de Turin cédant le comté de Nice à la France, l’Italie conserve les communes de Tende et La Brigue ainsi que quelques territoires appartenant à d’autres communes frontalières (Isola, Saint-Sauveur-sur-Tinée, Rimplas, Valdeblore, Saint Martin-Vésubie, Roquebillière, Belvédère), bien que les populations locales, à l’occasion du plébiscite des 15 et 16 avril, se soient massivement prononcées en faveur de la France. Sous prétexte de préserver les terres de chasse du roi d’Italie, le premier ministre transalpin Cavour se rend maître des crêtes et des principaux cols (Tende, Fenestre, Cerise, Fremamorta, Lombarde), s’assurant un avantage stratégique considérable. Malgré le nouveau tracé frontalier, Tendasques et Brigasques continuent à entretenir des relations très étroites avec le littoral niçois devenu français, pour des raisons sociales (liens familiaux) et surtout économiques (transhumance, travail saisonnier), et ce d’autant plus que les relations avec le Piémont sont difficiles l’hiver et que des facilités douanières leur ont été consenties.
Jusqu’à la Première Guerre Mondiale, leur situation varie au rythme des relations franco-italiennes, marquées par un net durcissement durant la décennie 1880. Entre-temps, l’Italie multiplie les efforts pour désenclaver la Haute-Roya : le tunnel routier du col de Tende est achevé en 1882, le chemin de fer atteint Tende en 1913, puis la gare frontalière de Saint-Dalmas en 1915, tandis que sont lancés de grands chantiers pour la fortification de la frontière, la construction de barrages et de centrales hydroélectriques, qui ont pour effet de drainer en Haute-Roya une importante population allogène.
Avec le régime mussolinien, l’Italie accentue son effort d’italianisation et de « fascisation » des deux communes : cette époque est marquée par une restriction de la circulation (malgré l’achèvement de la voie ferrée rejoignant Nice en 1928), des expropriations plus nombreuses, une pression fiscale plus lourde, une intense exploitation des ressources locales, notamment forestières, et une fortification complémentaire des crêtes et points stratégiques. L’entrée en guerre de l’Italie aboutit à l’occupation-annexion de Fontan et d’une partie de Saorge, rendant plus difficiles les relations des Tendasques et Brigasques avec le littoral niçois.



Dès 1943, le CFLN reçoit à Alger un mémoire pour la rectification de la frontière et le rattachement à la France des deux communes, qui est rédigé pour l’essentiel par le docteur Paschetta, président du Club Alpin Français de Nice. Un article paru dans Combat de Nice le 10 septembre 1944 formule la même revendication, reprise par le CDL des Alpes-Maritimes le 4 octobre. Un Comité d’études pour la rectification de la frontière franco-italienne dans les Alpes-Maritimes, présidé par Joseph Levrot (directeur de la bibliothèque municipale de Nice), est créé le 15 septembre, transmettant, en décembre, un mémoire de 46 pages au ministre des Affaires étrangères Georges Bidault et au chef du gouvernement provisoire Charles de Gaulle. Le 18 septembre, sous l’impulsion du Brigasque Aimable Gastaud, se constitue le Comité pour le rattachement de Tende et La Brigue, présidé par Charles Fenoglio, encadrant les natifs et originaires de la Haute-Roya résidant dans la région niçoise et jouant le rôle d’un groupe de pression sur les autorités. La Haute-Roya demeure occupée par les troupes allemandes jusqu’au 26 avril 1945, date de l’entrée des tirailleurs algériens du 29e RTA à Tende et La Brigue, à l’issue des durs combats de l’Authion. Deux jours plus tard, un convoi de 320 Tendasques et Brigasques résidant sur le littoral quitte Nice à destination de la Haute-Roya afin de porter secours aux populations et d’attiser le courant francophile, au moyen d’affiches (rappelant le vote émis en 1860, proclamant la déchéance des autorités italiennes ainsi que l’attachement à la France) et de drapeaux tricolores.


Le 29 avril, dans la liesse de la libération, un plébiscite est organisé par le Comité et ceux qui prennent part au vote s’expriment en faveur de la France : 694 oui et 38 abstentions à La Brigue (les hameaux de Piaggia, Carnino et Upega n’ont pu être consultés), 1 076 oui à Tende. Une administration provisoire française est installée et les membres du Comité dirigent les municipalités. Le 6 mai, le général Doyen préside une prise d’armes à Tende, au cours de laquelle il déclare : « La Roya coule vers la France, vos cœurs vont vers la même direction ». Les pressions exercées par les Anglo-Saxons imposent le retrait des troupes françaises à compter du 10 juillet, dans un climat d’extrême tension suscitant le départ de plusieurs dizaines de partisans de la France craignant des représailles de la part des autorités italiennes qui se réinstallent, sous le contrôle d’une mission interalliée. Paris accueille en 1946 des conférences qui règlent la délicate question frontalière avec l’Italie, sanctionnée par le traité signé le 10 février 1947 : Tende et La Brigue deviennent français (ainsi que les hameaux de Piene et Libre rattachés à Breil), tandis que les hameaux brigasques de Carnino, Piaggia, Realdo, Upega, situés au-delà de la ligne de crête, demeurent italiens malgré les protestations de leur population et le recours adressé à l’ONU.
Le transfert de souveraineté intervient le 16 septembre 1947 dans un climat de fête, en présence du préfet Haag. Un plébiscite, supervisé par des observateurs internationaux est organisé le 12 octobre : prennent part au vote les personnes nées ou domiciliées dans les deux communes, celles nées d’au moins un parent originaire de Tende ou La Brigue, ainsi que les personnes non originaires de cette région installées avant l’avènement du fascisme. La participation est très forte (95 %) et le dépouillement du vote confirme sans ambiguïté la conviction des négociateurs du traité de Paris : 1 445 oui et 76 non à Tende (soit 94 %), 759 oui et 26 non à La Brigue (soit 96 %), alors que les habitants de la Basse-Roya manifestent moins d’enthousiasme (68 % de oui à Libre et 65 % à Piene). Peu après, Pierre Dalmasso est élu maire de Tende et Aimable Gastaud maire de La Brigue. Un canton de Tende est créé en 1951 avec les deux communes rattachées : Aimable Gastaud en est élu conseiller général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Rattachement de Tende et La Brigue à la France (1947)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Riberi (Tende 06)
» La Comtesse de Tende - Mme de Lafayette
» [NOUVEAU] Rattachement de lignes Free Mobile
» Gare de Saint-Dalmas-de-Tende
» LA BRIGUE (ALPES MARITIMES)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Countea Nissa :: Histoire-
Sauter vers: